Quelles compétences pour diriger ?

Publié le par Misbah Mokaddem

Diriger c’est s’investir dans les relations humaines. Il s’agit de développer une intelligence émotionnelle, des attitudes et des compétences permettant d’animer et motiver ses collaborateurs et gérer les relations avec les différentes parties prenantes, acteurs influents du monde extérieur.

La qualité du travail d’équipe est essentielle à la performance d’un groupe. L’analyse du fonctionnement des Pygmées dans la forêt équatoriale [1] offre un exemple à méditer. On y trouve : le respect et la confiance réciproque, la protection et l’assistance mutuelles, le dialogue et la communication, la définition d’un objectif fort et commun, l’adhésion à des valeurs communes, la subordination des objectifs individuels aux objectifs collectifs et l’adhésion au pouvoir réparti.

Quelles capacités reconnait-on chez  un dirigeant performant ? Le sujet a fait couler beaucoup d’encre. Un travail scientifique basé sur une approche psychanalytique [2] a permis de dresser l’inventaire des compétences nécessaires. L’affinant avec le temps, l’équipe de chercheurs a mis au point les outils d’analyse et d’accompagnement au changement. Basés sur une liste de cent questions, classées en 12 catégories, elles sont soumises au dirigeant en quête de perfectionnement et aux personnes qu’il aura choisies de son entourage. L’analyse des réponses permet de dresser une évaluation des compétences appréciées et celles à améliorer. Les critères analysés sont les suivants : Capacité d’établir et communiquer une vision convaincante (Visioning), capacité de responsabiliser (Empowering), capacité de dynamiser (Energizing), capacité de concevoir le système de gestion de son organisation et de l’aligner sur les objectifs fixés (Designing and Aligning), capacité de récompenser la performance et mettre en place un système de retour d’information (Rewarding and Feedback), capacité de développer l’esprit d’équipe (Team-buiding),  capacité d’orienter les action vers la satisfaction des besoins des parties prenantes (Outside Orientation), capacité d’adopter une perspective mondiale dans l’analyse et l’action (Global Mindset), Ténacité dans l’action et la prise de décision (Tenacity),  capacité de développer son intelligence émotionnelle (Emotional Intelligence), capacité de gérer l’équilibre entre sa vie privée et sa vie professionnelle (Life Balance) et la capacité de développer sa résistance au stress (Resilience to Stress).

Apprenant a mieux se connaitre et cherchant à développer un équilibre harmonieux des compétences nécessaires autour de lui, le dirigeant performant pourra mieux maitriser les effets des changements incessants en agissant pro-activement et en développant et adaptant ses compétences et ceux de son équipe aux réalités quotidiennes.

DALTES Conseil et Formation en Management


[1] Editions d'Organisation (2002) - Combat contre l'irrationalité des managers par Manfred Kets de Vries

[2] Pfeifer (2006) - Global Executive Leadership Inventory, Facilitator's Guide Package by Manfred Kets de Vries

Publié dans Diriger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article